La Liberté

Aller en bas

La Liberté

Message par Liolio le Mer 24 Sep - 14:15

Article intéressant est intriguant dans la Lib de ce matin, la BCF et Groupe E reprenne une partie de la Liberté.

Groupe E et la Banque cantonale entrent dans le capital de «La Liberté»

Médias • Les Sœurs de Saint-Paul ont décidé de vendre un tiers des actions de la société chapeautant le quotidien et l’imprimerie. L’indépendance du titre est garantie.

Serge Gumy

C’est une étape marquante dans l’histoire de «La Liberté»: la Congrégation des Sœurs de Saint-Paul a décidé de vendre à Groupe E et à la Banque cantonale de Fribourg (BCF) 33% du capital-actions de la société St-Paul Imprimeries et La Liberté Médias SA, qui héberge l’imprimerie ainsi que le quotidien du canton de Fribourg et de la Broye vaudoise. Cette ouverture du capital constitue une première étape qui devrait être suivie d’une deuxième à moyen terme. Elle vise un double objectif, selon le conseil d’administration de l’entreprise: assurer la pérennité et l’indépendance du titre, tout en conservant son centre de décision à Fribourg. Décryptage.
1 Pourquoi les Sœurs vendent-elles?

Cela fait trois ans que la Congrégation des Sœurs de Saint-Paul, propriétaire unique de «La Liberté» depuis quelque 140 ans, a annoncé sa décision de principe d’ouvrir le capital de St-Paul Imprimeries et La Liberté Médias SA. Elle a en effet besoin d’argent frais pour faire vivre la cinquantaine de religieuses résidant à Fribourg et financer les soins dont elles ont besoin - leur moyenne d’âge atteignant 80 ans. Par ailleurs, la congrégation se doit de soutenir ses communautés d’Asie et d’Afrique, explique sa supérieure générale, Sœur Cécile-Jean Boullenger. «Devant l’absence de relève à Fribourg, ne rien faire reviendrait à laisser mourir «La Liberté». Aujourd’hui, il faut que ce patrimoine puisse continuer de servir les Fribourgeois, ainsi que les valeurs chrétiennes et humanistes qui nous sont chères.»

De son côté, l’éditeur de «La Liberté», Thierry Mauron, insiste: «La situation économique de la société est saine. Il ne s’agit donc en aucun cas d’une opération de sauvetage d’un journal en proie à la crise frappant la presse écrite.»

A noter que la transaction ne concerne pas les participations des Sœurs de Saint-Paul dans d’autres journaux («La Gruyère», «Freiburger Nachrichten», «Quotidien jurassien»), ni la régie publicitaire Média F, les éditions et la librairie du Vieux-Comté, à Bulle. Elle n’affecte pas non plus les bâtiments de Pérolles. «Nos partenaires ont pour préoccupation centrale que le journal reste ce qu’il est, pas de réaliser une opération immobilière», commente Martial Pasquier, président du conseil d’administration de St-Paul Imprimeries et La Liberté Médias SA.

Quant au montant de la transaction, il n’est pas communiqué.
2 Pourquoi ces deux investisseurs?

Selon Martial Pasquier, Groupe E et la BCF constituaient «les deux seules entreprises à la fois intéressées à s’engager de manière substantielle dans notre actionnariat et qui remplissaient tous les critères que nous nous étions fixés. Nous cherchions des investisseurs qui adhèrent au rôle de «La Liberté» dans la vie sociale, politique et culturelle de la région; qui acceptent l’indépendance rédactionnelle concrétisée au travers de la charte du journal; et qui soient proches des préoccupations fribourgeoises» - autrement dit, implantés dans la région.

Reste que la presse n’a rien à voir ni avec le métier de banquier, ni avec la production d’électricité. Dès lors, pourquoi ce choix de Groupe E et de la BCF? «Le métier de la presse en tant que tel est relativement bien maîtrisé dans cette maison. Nous avons donc privilégié des investisseurs qui ont conscience du rôle que joue «La Liberté» dans le monde fribourgeois.»

Le groupe français de médias Hersant a pourtant manifesté son envie d’entrer dans le capital du quotidien fribourgeois. Qui a décliné son offre. Martial Pasquier signale qu’une autre entreprise de presse était sur les rangs. Il ne s’agit cependant pas de Tamedia, qui imprimera «La Liberté» à Berne dès janvier prochain, après la fermeture de la rotative de Saint-Paul.
3 Une première étape qui sera suivie d’une autre

Pour entrer dans le capital de St-Paul Imprimeries et La Liberté Médias SA, Groupe E et la BCF ont constitué à parts égales une société baptisée SOFRIPA SA. C’est elle qui acquiert le tiers des actions mis en vente par les Sœurs de Saint-Paul. Martial Pasquier le reconnaît toutefois, cette transaction constitue «clairement un premier pas. Groupe E et la BCF se sont engagés à participer, dans un délai qui reste à définir, à l’achat d’un deuxième tiers des actions, conjointement à d’autres entreprises et à la population, autrement dit aux lecteurs de «La Liberté».

Dans un premier temps, SOFRIPA SA comptera deux membres au conseil d’administration. A moyen terme, Groupe E et la BCF deviendront probablement majoritaires.
4 L’indépendance de «La Liberté» menacée?

L’entrée de poids lourds de l’économie fribourgeoise dans son capital-actions menace-t-elle l’indépendance de «La Liberté»? «Clairement non», assure son éditeur Thierry Mauron. «Les deux nouveaux actionnaires s’engagent à préserver l’autonomie de la rédaction.» «Cette indépendance serait-elle mieux assurée par des groupes de médias extérieurs au canton? Sûrement pas», ajoute Martial Pasquier.

«Je fais totalement confiance à l’ensemble de la rédaction, qui aura toujours à cœur de veiller jalousement à l’indépendance du journal», analyse pour sa part Louis Ruffieux, rédacteur en chef de «La Liberté». «Les nouveaux actionnaires, qui adhèrent aux valeurs défendues par le journal, savent que son indépendance vis-à-vis de tous les pouvoirs est la pierre d’angle de sa crédibilité. Il faut d’autre part relever que l’indépendance d’un média repose aussi sur la solidité de son assise financière. A l’aune de cette exigence-là, la solution trouvée par le propriétaire pour l’ouverture du capital est également satisfaisante, d’autant plus que le centre de décision restera à Fribourg.»
5 «La Liberté», nouveau média d’Etat?

L’Etat de Fribourg détient 78,5% du capital de Groupe E, 100% de celui de la BCF. En ouvrant son capital à ces deux sociétés parapubliques, «La Liberté» redevient-elle la «Pravda de Pérolles»? Martial Pasquier réfute: «Les deux entreprises ont fait le choix d’entrer dans l’actionnariat de manière autonome, et pas sur instruction du Conseil d’Etat. Par ailleurs, elles ont vraiment à cœur d’éviter une quelconque implication d’une autorité politique dans la conduite du journal. C’est pourquoi elles sont très sensibles à ouvrir dans un deuxième temps l’actionnariat à d’autres partenaires.»
6 Rome doit encore donner son accord

La vente par les Sœurs de Saint-Paul d’un tiers du capital de «La Liberté» doit encore être formellement approuvée par le Vatican - en l’occurrence, par la Congrégation pour les religieux. «Mais il n’y a pas de raison de croire que Rome entravera la réalisation de cette opération», estime Martial Pasquier. A l’entendre, tant Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, que le Vatican ont été dûment informés du projet des Sœurs de Saint-Paul.

*****
Trois questions à...
Dominique Gachoud

> Le directeur général de Groupe E explique pourquoi sa société investit dans «La Liberté».

- Pourquoi Groupe E entre-t-il dans le capital-actions de «La Liberté»?

L’objectif est d’assurer la pérennité d’un quotidien qui fait partie de l’ADN fribourgeois, au même titre que certains clubs sportifs et sociétés comme Groupe E. Notre responsabilité sociale nous incite à faire en sorte que «La Liberté» puisse poursuivre une politique d’information indépendante, humaniste et pluraliste, conformément à sa charte rédactionnelle. Enfin, il nous paraît important de conserver le centre de décision du journal à Fribourg.

- Vous, l’électricien, qu’allez-vous faire dans le monde des médias?

Nous allons amener des ressources financières, mais nous n’avons aucune intention de faire de «La Liberté» l’instrument de notre communication, ni de nous mêler de son contenu. Même si les journalistes de «La Liberté» nous égratignent de temps en temps. Personnellement, je suis très attaché à la liberté de la presse. Pour que les gens puissent se faire librement une opinion, nous avons besoin d’organes de presse indépendants des lobbies. Evidemment, en tant qu’actionnaire, nous avons quelques attentes vis-à-vis de «La Liberté» et espérons qu’elle pourra rémunérer le montant que nous avons investi de façon raisonnable.

- Qu’est-ce qu’un rendement raisonnable? 15%, comme Tamedia l’exige de ses différents titres?

Groupe E n’est pas habitué à de tels rendements dans ses propres affaires; nous n’exigerons donc pas 15% de notre participation dans «La Liberté».

*****

Réaction
Albert Michel (BCF)
«Pour garantir l’indépendance»

«Comme acteur local fribourgeois, la Banque cantonale de Fribourg veut participer à la pérennité de «La Liberté» et garantir son indépendance, son ancrage et ses valeurs locales, qui contribuent au maintien de l’identité fribourgeoise», explique Albert Michel, président du conseil d’administration. «Par son action, la BCF a également conscience de maintenir un centre de décision dans le canton. La BCF a pris l’engagement envers les Sœurs de préserver les valeurs du journal et son indépendance rédactionnelle.»

Liolio
International
International

Messages : 3812
Date d'inscription : 19/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Liberté

Message par ubusky le Mer 24 Sep - 14:30

Il semblerait que la BCF et le groupe E seraient aussi intéressés par reprendre l'hôpital cantonal...
avatar
ubusky
NLB player
NLB player

Messages : 1631
Date d'inscription : 19/01/2014
Age : 41
Localisation : GiblouX

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Liberté

Message par Liolio le Mer 24 Sep - 14:43

ubusky a écrit:Il semblerait que la BCF et le groupe E seraient aussi intéressés par reprendre l'hôpital cantonal...

Et ils sont tombés juste trop tard pour Cardinal. Prochaine étape, la cathédrale.

PS: Prenant en compte cette actualité, Jj pense qu'ils ont du moyennement apprécier le comportement de notre équipe et staff les jours passés.

Liolio
International
International

Messages : 3812
Date d'inscription : 19/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Liberté

Message par hs16 le Mer 24 Sep - 15:15

ubusky a écrit:Il semblerait que la BCF et le groupe E seraient aussi intéressés par reprendre l'hôpital cantonal...

En même temps, qui d'autres pour reprendre La Liberté?
avatar
hs16
International
International

Messages : 4713
Date d'inscription : 19/01/2014
Age : 32

https://www.youtube.com/watch?v=qrDd0ffXGiE

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Liberté

Message par DrakeRamore le Mer 24 Sep - 17:50

ubusky a écrit:Il semblerait que la BCF et le groupe E seraient aussi intéressés par reprendre l'hôpital cantonal...
ouais ils s'intéressent à tout ce qui est étroitement lié à Gotteron
avatar
DrakeRamore
NLB player
NLB player

Messages : 1799
Date d'inscription : 19/01/2014
Localisation : Tchoukotka

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Liberté

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum